Un jardin collectif, c'est quoi?

                   

Le Jardin Collectif est une parcelle de terrain partagée et gérée collectivement (mais qui peut être partiellement divisée en parcelles individuelles), consacrée entre autres à la production écologique de légumes et de fruits. Le Jardin Collectif est aussi un lieu de convivialité ouvert à tous.

En ville, les Jardins Collectifs s'installent généralement sur des friches urbaines. L'occupation de celles-ci est le fruit d’une concertation entre les habitants et un propriétaire privé ou public, qui aboutit à la signature d’une convention de mise à disposition d’un terrain.

Une dynamique collective est l'un des fondements de ces projets : idéalement, toutes les décisions d’aménagement, de plantations, d’animations et de gestion du jardin sont prises par l’ensemble des jardiniers. Plusieurs réunions plénières par an se tiennent donc à cet effet (une par mois en général). On y recherche le maximum de consensus.

La notion de Jardin Collectif s’appuie sur une volonté d’implication forte des habitants, non seulement dans la réflexion préalable aux premiers aménagements d’un jardin, mais aussi dans leur participation concrète à son animation régulière (nouvelles plantations, entretien, organisation du groupe, fêtes, activités annexes, etc). Le fonctionnement d’un Jardin Collectif s’articule autour des valeurs de solidarité, de convivialité, de tolérance, et de bonne entente entre les jardiniers. Ils cultivent le plaisir de se retrouver et de partager.

Les projets de Jardins Collectifs sont un moyen de répondre en même temps au besoin de liens sociaux des habitants, et à leurs aspirations à un contact plus proche avec la nature. C’est aussi l’occasion de montrer que des friches urbaines, sans usage spécifique prévu à court terme, peuvent être (re)conquises par les habitants de quartiers à l’habitat dense afin d'y créer des espaces accueillants à la fois pour les personnes et pour la biodiversité. Des terrains abandonnés, lieux de dépôts clandestins et sources d'insécurité, sont ainsi nettoyés et valorisés.

Dans un Jardin Collectif, des pratiques respectueuses de l’environnement sont de mise. Ainsi, on privilégie la culture de plantes indigènes ; on ne supprime pas les « mauvaises herbes » par principe ; on fait un usage économe de l'eau ; on n’utilise pas de fongicides, ni de pesticides, ni de désherbants chimiques afin de préserver les écosystèmes naturels et de créer un espace de Haute Qualité Environnementale. Les Jardins Collectifs sont aussi un lieu d'échanges de bonnes pratiques entre jardiniers et habitants du voisinage.